5. Aux portes des Dolomites

5. Aux portes des Dolomites

Etape 5 – De Fortezza au lac de Dobiacco– Vendredi 27 juillet 2018 :

Réveil à l’hôtel Zur Brücke à Fortezza. Nous aimons alterner les modes d’hébergements, cela nous avait manqué lors de notre première cyclo et ça faisait partie d’une des améliorations à mettre en place dans la mesure du possible. Bivouacs, campings, hôtels et Airbnb sur le Munich-Venise, nous auront rempli notre contrat niveau diversité ! Bref, n’oublions pas le plus important ; le petit déjeuner était aussi bon que l’hôtel était agréable. Nous avons laissé peu de choix aux clients suivants, heureusement que nous étions les derniers ! Il faut dire que même en pleine saison, l’hôtel était quasiment vide. Nous prenons notre temps ce matin et même si nous n’avons pas la tente à plier, nous ne donnons notre premier coup de pédale qu’après 10h30.

 

Pistes cyclables et montagnes dans le Nord de l’Italie

Nous avons traversé la frontière italienne hier, et ce n’est pas un mythe, la chaleur se fait déjà sentir. Nous avançons assez lentement.  A 11h30 on attaque les premiers raidillons, il fait 39 °C ! Ce n’est alors rien comparé à la température aux abords de Venise, mais ça nous ne le savons pas encore !

Nous traversons les exploitations agricoles et arboricoles. Nous nous étonnons du fait que les agriculteurs arrosent des champs où à première vue il ne pousse que de l’herbe. Nous n’avons toujours pas trouvé la réponse à cette interrogation. 

 

150 cyclistes sont déjà passés sur la piste cyclable ce matin !

Passés la ville de Brunneck, nous commençons l’ascension dans les Dolomites. La piste cyclable suit un torrent, en forêt, sur une dizaine de kilomètres. Nous profitons bien de cette petite portion ombragée, c’est super sympa. Nous traversons même des tunnels dans lesquels la température est plus qu’agréable.

 

Un chemin ombragé, enfin !

Nous ne faisons la pause de midi qu’à 14h30, après 50 kilomètres parcourus. A croire que le petit déjeuner nous a fait avancer ce matin ! Nous décidons de passer la nuit près du lac de Dobbiaco. Le prix des campings, vus sur Internet, y est ahurissant ! Peu importe, nous ne souhaitons pas bivouaquer ce soir.

Nous reprenons donc notre ascension en direction du lac. La route grimpe doucement mais sûrement. Demain, nous devrions atteindre le point le plus haut de notre voyage : le col de Cimabanche à 1575 mètres d’altitude. Nous n’y sommes pas encore et pour le moment, nous arrivons dans un petit village pour faire les courses.

 

Nous nous approchons des Dolomites, orage en vue !

On appelle le camping pour savoir s’il reste des emplacements libres. Celui-ci est excentré, près du lac et nous savons que s’il n’y a pas de place nous ne ferons pas demi-tour. Le camping ne répond pas. Je suis assez fatiguée et je me laisserai bien tenter par un des campings à proximité.

 

Finalement direction le lac.

Olivier est, lui, convaincu que nous devons tenter d’aller jusqu’au lac. Je fini par accepter, en y mettant, j’avoue de la mauvaise volonté. Nous repartons donc pour 10 kilomètres de montée ! Un cumulonimbus (nuage d’orage) nous menace, les Dolomites méritent leur réputation. Par chance nous ne prenons que quelques gouttes. Nous finissons par arriver près du lac, qui est tout simplement magnifique ! Il est presque 18h, le camping est complet… Toutefois on est à vélo nous avons donc droit à un “emplacement de secours”. Sauvés ! Le camping est magnifique avec des douches et des sanitaires privés ! Nous désenchanterons bien vite le lendemain matin après avoir payé la facture, salée pour un emplacement minuscule.

Olivier va prendre quelques photos du lac et me les montre, je n’ai même plus le courage de faire 100 mètres à pieds !

 

Le lac de Dobiacco

Douche, repas, vaisselle et dodo ! Nous cherchons un hébergement pour le lendemain, nous souhaitons faire une journée de pause dimanche. Nous regardons sur Airbnb, rien ne correspond à notre budget, en tout cas pour l’instant ! Pluie et orage pendant la nuit, encore une fois nous apprécions notre tente Décathlon QuickHiker Ultralight !

L’étape en chiffres :

  • 72,63 km parcourus
  • 5h26mn de vélo
  • 13.33km/h
  • 1022m D+

Laisser un commentaire

Fermer le menu