4. On traverse la frontière italienne !

4. On traverse la frontière italienne !

Etape 4 –De Patsch à Fortezza – Jeudi 26 juillet 2018 :

Notre quatrième étape débuta à 5h50 avec les premières lueurs du soleil. Malgré le froid, nous nous empressons de replier la tente. Même avec de la bonne volonté, nous mettons 2 heures pour remettre notre campement dans les sacoches. Décidément, nous n’avons pas amélioré notre efficacité !

Nous quittons le chemin pour nous diriger vers Patsch, c’est de là que nous reprenons notre itinéraire. L’objectif de la matinée est de passer le col de Brenner marquant la frontière entre l’Autriche et l’Italie. 30 km et quelques 850m de dénivelé positif nous attendent. J’appréhende particulièrement cette étape.

 

Premiers coups de pédale, la montée va être raide ce matin !

Il n’y a qu’un seul itinéraire possible pour passer le col, fini les chemins nous restons sur une petite route. Ça monte et ça descend raide ! 7 ou 8 kilomètres seulement après être partis, nous sommes arrêtés par un ouvrier. Ils refont le goudron de l’unique route aujourd’hui ! Le monsieur nous prévient que nous ne pourrons sans doute pas passer… Tant pis, nous ne sommes pas venus ici pour rien, nous décidons tout de même de tenter ! En avançant nous nous rendons compte que cette partie de la route a déjà été refaite. Les travaux ont lieux 10 km plus haut. Les ouvriers sont en train de couler le goudron. Ils nous voient arriver avec nos vélos, et nous disent très gentiment que nous pouvons passer mais que nos chaussures et nos pneus risquent de ne pas en sortir indemne ! Avec chance, nous n’avons eu aucun dégât au niveau des pneus, par contre l’adhérence de nos chaussures à bien augmenté pour le restant de la journée. Nous continuons à enchaîner les montées et les descentes avant la montée finale. Et quelle montée ! La frontière italienne nous attend perchée à 1350 mètres d’altitude ! Avant de pouvoir la traverser, nous devons rouler 10 km sur une route nationale à côté de l’autoroute. La pente est toute aussi forte que la circulation ! Le vide est abyssal sur le côté droit. Après beaucoup d’efforts, nous parvenons tous deux à la frontière, quel soulagement d’avoir passé cette portion ! A peine la frontière franchie, nous sommes enveloppés par des odeurs de pizzas. Nous résisterons à l’appel de notre ventre. Et nous nous arrêterons pique-niquer quelques kilomètres plus loin dans la descente.

 

Et maintenant ? On descend !

Je me mets en quête d’un hôtel pour la nuit. Un bon lit sera plus qu’appréciable après la courte nuit de la veille. Olivier ne me contredit pas … L’hébergement est trouvé, direction Fortezza ! Sur le papier nous avons 35 kilomètres de descente à faire. En réalité, nous trouverons tout de même quelques raidillons sur notre route.

La piste cyclable emprunte une ancienne voie de chemin de fer. On est tranquille sur notre versant de vallée. On arrive à Vipiteno, une charmante petite ville avec un centre historique magnifique. Nous poursuivons notre route dans la vallée avec quelques belles descentes mais aussi quelques belles remontées.

 

Le bonheur après une rude matinée !

Emportés par la fougue ou plutôt par la fatigue, nous passons devant notre hôtel sans le voir. Nous rebroussons donc la route sur les 3 derniers kilomètres, heureusement que nous nous en sommes aperçus, nous nous apprêtions à prendre une piste impraticable.

Les vélos auront le droit à un garage pour eux tout seuls ce soir !

Le repos à l’hôtel est salutaire. La chambre et le jardin sont magnifiques pour un prix tout à fait abordable. L’hotel Zur Brücke nous a conquis et nous vous le recommandons vivement si vous avez l’occasion de passer par là. Nous sommes surpris que les habitants parlent uniquement allemands alors que nous sommes à plus de 50 km de la frontière autrichienne. Nous ne nous y attendions pas. Ayant résisté à l’appel de la pizza à midi, nous ne pouvons résister aux pâtes italiennes le soir !

L’étape en chiffres :

  • 78,35 km parcourus
  • 5h27mn de vélo
  • 14.37km/h
  • 1111m D+

Cet article a 4 commentaires

  1. Merci pour ce compte rendu, très agréable à lire.
    ça donne envie !

    J’ai mal compris, où est-ce que se sont des italiens qui ne parlent que Allemand ?

    1. Merci beaucoup, nous sommes ravis que notre compte rendu vous ait plu.

      En effet, nous avons été surpris que, dans la région du Trentin Haut Adige dans le Nord de l’Italie, les habitants parlent allemand et que 3/4 des inscriptions soient en allemand. 🙂

  2. On ne s’en rend pas bien compte forcément mais vous avez bien roulé pour une étape aussi difficile. Je suis assez sportif dans l’ensemble, mais je n’ai pas souvent l’occasion de faire de longues distances à vélo, je sais que chargé j’aurais eu du mal à faire ce que vous avez fait dans le laps de temps qui a été le vôtre. Bravo !
    En passant, je trouve votre logo très beau et bien pensé. C’est le genre truc auquel on fait attention quand on a soi-même un site. C’est bizarre, mais je n’ai pas reçu de notification alors que je suis inscrit à la Newsletter.

    1. Bonsoir Samuel,
      Merci beaucoup pour votre commentaire. Il est vrai que nous avons aussi pas mal marché à coté du vélo mais souvent cela est bien plus fatiguant de le pousser que d’essayer de pédaler !
      Ne vous inquiétez pas, j’ai vérifié et vous êtes bien inscrit à la newsletter. Il y a en a une environ tous les mois.
      Bonne continuation,
      Claire

Laisser un commentaire

Fermer le menu