Etape 1 – De Munich à Tegernsee – Lundi 23 juillet 2018 :

Le réveil sonne à 6h20 ! Nous avons regardé la météo hier, elle ne nous encourage pas à monter sur nos vélos mais nous avons suffisamment repoussé notre départ. Nous avons vraiment hâte de pédaler. Quoi qu’il en soit la météo sera toujours plus clémente qu’hier où la pluie battante n’a cessé que dans l’après-midi. Nous avons bien fait de décaler notre départ d’une journée.

Le petit déjeuner est bien vite avalé. Nous attachons les sacoches sur nos vélos, et quittons notre Airbnb à 8 heures. Nous n’irons pas bien loin !

Dès le bout de la rue, Olivier a déjà des problèmes avec son dérailleur. Son Bianchi n’ayant pas d’œillets, il a installé un porte bagage qui se fixe sur les haubans. Avec le poids des sacoches, le porte bagages a bougé et pince, maintenant, le câble de dérailleur arrière l’empêchant de passer les vitesses. Après avoir réajusté le porte bagage comme nous pouvions nous faisons une première pause dans un magasin de bricolage. Olivier achète des écrous au cas où on aurait besoin de réparer le porte bagage au milieu de nulle part.

Vers 9h20, nous arrivons dans le centre historique de Munich. Notre hébergement se situait, en fait, 8 km à l’est de la ville. Nous l’avions choisi car nous avons pu laisser la voiture devant la maison de notre hôte.

Nous sommes prêts, sur la ligne de départ à Munich !

Ça y est, nous y sommes, enfin sur la ligne de départ, juste à côté du Deustches Museum que nous avons visité hier ! Une petite photo, et c’est parti ! Nous traversons tout le centre de Munich par une voie verte longeant l’Isar. C’est tellement agréable d’être enfin sur la route !

Quelques gouttes de pluie nous accompagnent toute la matinée mais l’itinéraire nous fait rêver. Nous quittons un chemin pour en emprunter un autre, hors de toute circulation. Nous longeons une voie ferrée sur une quinzaine de kilomètres, la brume nous plonge dans une atmosphère particulière.

Petits chemins bucoliques non loin de Munich

A midi, la pause pique-nique s’impose. J’ai très faim ! Nous nous arrêtons dans une petite ville où nous trouvons quelques bancs devant des terrains de tennis. Nous avions acheté un pain aux graines d’1,2 kg à Munich. Celui-ci sera notre compagnon de voyage pendant plusieurs jours. Nous avons bien cru que nous n’en viendrons jamais à bout tellement il est consistant. Comme à notre habitude nous profitons de la pause de midi pour trouver notre hébergement. Ce soir, ça sera camping !

Après une longue pause, nous repartons direction le lac de Tergensee. Le dérailleur d’Olivier fait encore des siennes. Cela m’inquiète de plus en plus. Et si nous devions faire demi-tour ?

La pluie nous a définitivement quitté nous avançons sous un soleil radieux. Petites routes bucoliques, vaches,fermes, écuries et champs à perte de vue se succèdent.

Vers 15h, nous apercevons le lac. Nous prenons notre temps, et profitons. Le cadre est réellement idyllique. Nous longeons la rive jusqu’à notre camping situé non loin de l’itinéraire. C’est la première fois que nous campons à l’étranger. Nous ne nous attendions pas à trouver un camping remplis de camping-car tous plus gros et plus luxueux les uns que les autres. Nous nous mettons en quête d’un coin d’herbe pour planter notre tente.

Arrivèe au lac dans l’aprés midi

Olivier essaie de réparer son vélo. Malheureusement ses problèmes de dérailleur ne font qu’empirer. Inquiets et dépités, nous partons faire les cours au Lidl du coin. Nous ne trouvons rien pour fixer le dérailleur à part un rouleau de scotch. Nous ne le savons pas encore, mais grâce à celui-ci nous pourrons parcourir plusieurs centaines de kilomètres avec une relative tranquillité.

Premier campement !

Retour au camping, pour une soirée tranquille, repas, vaisselle, douche et dodo !

L’étape en chiffres :

  • 78.58 km parcourus
  • 5h24mn de vélo
  • 14.5 km/h
  • 595 m de D+

Cet article a 2 commentaires

  1. Super ! C’est génial de pouvoir vous suivre étape par étape avec les photos en plus. C’est vrai que commencer avec un problème de dérailleur c’est plutôt inquiétant. Tant mieux si ça s’améliore avec le temps.

    1. Bonsoir,
      Merci beaucoup pour votre commentaire positif 🙂 Et oui c’était assez pénible, tout se répare sur un vélo mais ce dérailleur nous a fait perdre pas mal de temps. Moralité: bien tester le matos avant de partir. Et deuxième leçon: prendre du scotch, ça peut réparer plein de choses!

Laisser un commentaire

Fermer le menu