8. Vite, demi-tour !

8. Vite, demi-tour !

Etape 8 – De Feltre à Mel – Mardi 31 juillet 2018 :

Debout, il est temps de remonter sur le vélo ! En vérité, le petit déjeuner préparé par nos hôtes nous a bien motivé à sortir du lit. Gâteaux, pain de mie, Nutella, rien de spécial en soit mais malgré la quantité nous ne laissons que peu de restes ! Nous repartons et descendons dans le centre-ville de Feltre, charmant et très animé. Nous trouvons facilement une pharmacie pour y acheter des compresses. En effet, je suis tombée en faisant du VTT une semaine avant de partir en cyclo et ai eu droit à neuf points de suture au niveau du genou !

On repart sous la chaleur mais avec le sourire !

Nous repartons dans la campagne, les routes sont minuscules. Nous zigzaguons un petit peu et voyons du pays. Par contre il fait quand même bien chaud, 35°C. Nous avons l’impression de ne pas avancer. Arrivé en haut d’une côte, Olivier se met à crier « Claire, j’ai oublié mon couteau à l’Airbnb ! ». Je lui réponds que ce n’est pas grave, on en achètera un autre. J’avais un peu oublié sa détermination au moment où je lui ai répondu ça ! La réponse est tout simplement « non » ! Nous contactons nos hôtes, ils ne nous répondent pas immédiatement. De toutes les façons nous sommes au milieu de nulle part, autant avancer jusqu’au prochain village. Nous recevons une réponse au niveau du charmant petit village de Mel, perché sur une hauteur. Ni une, ni deux, Olivier pose ses sacoches, me met à l’ombre sous un arbre et met l’option turbo sur son VTT ! Je le vois quand même repasser 2 fois devant moi, visiblement, son GPS fait des siennes ! Il a 1h pour parcourir les 20 kilomètres que nous avons mis 2 heures à faire ce matin-là, avant que les hôtes de l’Airbnb ne partent !

Il fait 40°C, mais sans sacoche, Olivier à l’impression que le vélo avance tout seul ! Il finit par récupérer son couteau et fait les 20 kilomètres à fond pour venir me rejoindre sous mon arbre. En fait, nous avions décidé, le matin même, de dormir dans un camping à 35 kilomètres de Mel, il nous restait donc un peu de route.

 

Petite visite de Mel.

Pendant qu’Olivier est parti chercher son couteau, j’essaie de faire cuire du riz. Ayant une grande maîtrise du réchaud à alcool et ce dernier ayant lui-même une grande stabilité, tout se renverse sur le sol : l’eau, le riz, l’alcool, tout ! Le feu commence à se propager sur l’herbe très sèche. Heureusement que j’ai de l’eau pour éteindre le début d’incendie. Un fiasco, qui aurait pu avoir de bien plus grandes conséquences ! L’anecdote mise à part, l’amélioration de la stabilité du réchaud sera vraiment un point à revoir. Le pare feu pliable Esbit est clairement insuffisant ! Nous avons eu ce problème à plusieurs reprises.

Olivier a parcouru les 40 kilomètres en 1h35 ! Il est complètement épuisé, ça se voit mais il me dit « Allez, on repart quand tu veux ! ». Je fais durer la pause en longueur, nous remettons les sacoches sur les vélos et je lui dis « Ne t’inquiètes pas, tu n’as pas besoin de bien les attacher nous allons juste au bout de la rue ». Il ne comprend pas tout de suite … Pendant son absence, j’en avais profité pour faire le tour du village et trouver un tout petit hôtel avec une gérante très sympathique. Elle m’a directement donné la clé de la chambre et du local à vélo !

J’avoue aussi qu’après l’étape d’hier, j’avais bien besoin d’une pause ! Et puis finalement les événements ont fait, que nous n’avions plus ni la force ni l’envie d’avancer aujourd’hui. Nous faisons la sieste à l’hôtel.

N’ayant pas déjeuné à midi à cause notamment de la chaleur qui nous coupe l’appétit, nous nous mettons en quête d’un restaurant. Nous tombons sur la bruschetteria « El Mighelon ». Il ne nous en faut pas plus pour nous convaincre. Le restaurant offre des dizaines de bruschetta différentes à moins de 5 € pièce. Nous nous régalons ! Le hasard voudra que je rencontre une étudiante italienne venant de Belluno quelques mois plus tard. Elle me confirmera que c’est l’un des meilleurs restaurants du coin et que le tiramisu est à tomber !

Enfin, nous profitons d’un superbe coucher de soleil sur les Dolomites. L’un des derniers avant d’arriver à Venise.

L’étape en chiffres :

Olivier :

  • 67,19 km parcourus
  • 3h41 mn de vélo
  • 676 m de D+

Claire :

  • 25 km parcourus
  • 2h de vélo
  • 200 m de de D+

Laisser un commentaire

Fermer le menu