Lorsque nous avons commencé le voyage à vélo nous avons pris la popote en aluminium vieille de 25 ans qui trainait chez Olivier sans trop nous poser de question.

Après quelques jours nous nous sommes rendus compte qu’elle se rayait très facilement, et qu’en frottant, l’eau dedans devenait trouble. Comme on mange directement dedans, ça revient à ingérer un peu d’aluminium à chaque repas. Et puis on a appris que cela pouvait avoir un impact sur la santé. Bref c’était pas top. On a donc décidé de changer de popote. Oui, mais laquelle choisir ?

L’aluminium présente un risque pour la santé s’il est ingéré. D’après l’ANSES, les effets toxiques de l’aluminium portent essentiellement sur le système nerveux central et sur le tissu osseux.

Dans la vie quotidienne, un rapport de l‘EFSA (European Food Safety Administration), montre que la contamination via le contact avec les ustensiles de cuisine est minime. Cependant la cuisson d’aliments acides ou salés (tomates, compotes…) augmente la migration d’aluminium vers les aliments. Comme pour tout, cela dépend de la dose, de la durée d’exposition, mais en ce qui nous concerne, nous préférons choisir une alternative à l’aluminium en camping.

Cahier des charges

Comme à chaque fois, le plus important et le plus difficile est de bien cerner son besoin.

Notre cahier des charges était le suivant :

  • Poêle et casserole : pour faire des féculents et des légumes pour deux.
  • Contenance : au moins 1.5L, pour rassasier deux cyclistes affamés.
  • Résistance au feu : nous voulions pouvoir cuisiner avec un feu de bois, nous ne voulions pas de plastique qui puisse fondre au contact des flammes.
Pas de plastique, c'est pratique ! (Bivouac en Lettonie)

Les critères de choix étaient :

  • Poids
  • Prix
  • Solidité, durabilité
  • Ergonomie
  • Encombrement, rangement

Types de popotes

Matériaux

Il existe principalement 3 catégories de matériaux pour la cuisine de camping : l’aluminium, l’acier inox et le titane (en réalité ce sont des alliages, mais on simplifie). Ils ont chacun leurs avantages et inconvénients, pour simplifier nous les avons regroupés dans ce tableau.

Aluminium : les popotes en aluminium sont légères et peu chères. La plupart ont un revêtement antiadhésif ou sont anodisées. Pour cuisiner c’est vraiment pratique, les aliments n’accrochent pas. L’aluminium conduit très bien la chaleur qui est donc bien distribuée. Il n’y a pas de points chauds et l’inertie est minime.

L’inconvénient majeur est que même anodisée, l’aluminium peut migrer vers les aliments. Et il faut faire attention à ne pas faire de rayure avec des ustensiles en métal. A moins de faire très attention, ce type de popote est donc moins durable, et conviendra plus à un usage occasionnel.

Titane : La Rolls des matériaux ! Choisir ce matériau peut largement doubler le prix d’un set de cuisine. Le poids et la durabilité sont les deux arguments principaux en sa faveur. Acheter une popote en titane représente un investissement fait pour durer.

Un inconvénient est sa mauvaise conductivité thermique : la chaleur se répartie moins bien, la nourriture peut accrocher sur les points chauds.

Inox : L’acier inox alimentaire (10/18) constitue un bon compromis entre l’aluminium et le titane. Son atout est sa durabilité et son innocuité pour la santé. La contrepartie est un poids légèrement plus élevé. Niveau cuisson c’est aussi un entre deux : ce n’est pas antiadhésif, mais en faisant attention les aliments n’accrochent pas.

La durabilité et le prix ont fait que nous avons choisi d’utiliser une popote en inox.

Astuce nettoyage : comme l’inox ne craint pas grand-chose, on la frotte avec une éponge métallique. Ça ne moisi pas, et c’est super pratique pour récurer quand ça a accroché.

Construction

Certains sets de cuisine ont un échangeur de chaleur sur le fond. Cela permet de réduire les pertes et d’optimiser la quantité de carburant utilisée. Cependant cela rajoute du poids et du volume, nous avons choisi d’écarter ce type de popote de notre choix.

Notre choix pour deux personnes

Pour notre voyage d’Athènes à Tallinn nous avons acheté une popote respectant notre cahier des charges : la Tatonka Kettle. Elle fait 1.6L, ce qui nous semble être la contenance idéale. Cela permet de faire des bonnes rations de pates pour 2 affamés ! Le matin nous faisons chauffer 1.5L d’eau avec, 1L pour Claire, 0.5L pour Olivier.

Nous on aime bien ces reflets, elle est unique!
Miam! Et oui, deux cyclo ça mange!

Niveau poids, la casserole pèse 290g et la poêle 170g, soit 460g en tout, ce qui reste raisonnable à nos yeux.

Cela fait maintenant 2 ans que nous avons la Tatonka Kettle et nous en sommes toujours très contents. Nous nous en sommes servis tous les jours pendant 2 mois et demi de voyage, et depuis à chaque excursion pendant les vacances ou en week-end. La durabilité est au rendez-vous, si l’extérieur a pris une belle couleur noire patinée, l’intérieur est toujours comme neuf !

Côté pratique, l’anse permet d’incliner la casserole ce qui est pratique pour verser l’eau des pates. Des graduations à l’intérieur permettent de doser l’eau également.

La poêle fait couvercle et s’emboite sur la casserole. En général, nous faisons cuire les légumes dans la poêle en premier puis nous mettons la poêle sur la casserole pendant que les féculents cuisent. Comme ça on a un couvercle et les légumes restent au chaud.

Note : Nous ne sommes pas sponsorisés d’aucune manière, pour information vous pourrez retrouver notre popote ici :

https://www.monrechaud.com/batterie-de-cuisine-inox-tatonka-kettke.html#product-description

Un bon risotto (bivouac en Grèce)

Conclusion

Voilà quelques éléments de réflexion sur le choix d’une popote. C’est ce qui nous a guidé pour notre choix actuel, dont nous en sommes très content.

Sur ce, bon appétit et bonne route !

Laisser un commentaire